Première impression : Lancia Thema 3.6 V6 Executive

Publié le : 18 novembre 20224 mins de lecture

« Quel navire monstrueux ! », « Est-ce votre paquebot de luxe brun sur le parking ? ».  Ce ne sont que quelques-unes des réactions que j’ai eues au cours des deux jours qui se sont écoulés depuis que j’ai reçu les clés de la voiture d’essai Lancia Thema et elles montrent clairement une chose : la Lancia Thema fait impression. Et tandis que Jens et Jan ont ramené une Lancia Thema à moteur diesel V6 et qu’ils publieront leurs impressions, j’attendais « ma » Thema. Je l’attendais tout simplement avec impatience !

Mais tout comme la Lancia Thema conquiert le cœur des observateurs « libres » par son apparence imposante, elle est une véritable surprise pour beaucoup d’amateurs de voitures puristes. « Pas une vraie Lancia et certainement pas un vrai thème,  même pas un vrai Chrysler » sont des phrases que vous entendrez. Mais est-ce important ? Du moins, pas pour moi. Je suis peut-être trop jeune pour avoir respiré le véritable « Brand Heritage Spirit » de Lancia, même si la Delta HF Integrale est l’une de mes voitures de rêve absolues. Quoi qu’il en soit. La stratégie de Sergio Marchionne visant à vendre des modèles Chrysler raffinés sous le nom de Lancia en Europe est audacieuse et a été maintes fois remise en question. Et bien que je ne sois pas un ami de la technique des badges (même si ce n’est que partiellement vrai ici, car la technique des badges est en fait destinée à aliéner l’apparence de la « voiture du donneur »).

J’aime le sujet, ce qui est certainement aussi, dû au fait que j’étais un fan de la Chrysler 300C « avant ». Le cuirassé américain basé sur la Mercedes-Benz Classe E (W 210) avait l’air imposant et puissant, grâce à son bord d’épaule élevé, ses formes presque rectangulaires et son toit relativement plat. Et le thème se poursuit à merveille, mettant en jeu quelques courbes ici et là, mais surtout une chose : l’élégance. La belle peinture extérieure brune et les puissantes jantes en aluminium de 20 pouces s’accordent naturellement avec cela. D’ailleurs, je préfère ne pas avoir à payer les pneus d’hiver qu’ils portent. 245/40 R20 V. Ce sont des dimensions qui ne trouveront probablement pas beaucoup d’intérêt en hiver…

2-3 choses sont déjà restées positivement dans mon esprit après les 2 premiers jours :

– Le moteur ! Un V6 « Pentastar » de 3,6 litres avec 210 kW (286 PS). Il a une sonorité soyeuse, peut rugir et joue très bien avec la boîte automatique à 8 vitesses dès la première impression. Nous verrons comment cela s’avérera vrai à long terme et où en sera la consommation. Il est actuellement de 12,5 litres 😉

– L’intérieur ! Joli style dans deux couleurs de cuir, tableau de bord en cuir, sièges confortables, beaucoup de caractéristiques de confort. C’est simple, jusqu’à présent, je me sens bien. Je soupçonne une bonne adéquation à la longue distance, mais nous verrons.

– L’info-divertissement ! Avec un grand écran au milieu du tableau de bord, il contrôle pratiquement toute la voiture. Et je veux dire par là, vraiment toute la voiture ! De la climatisation automatique au système de navigation en passant par le chauffage des sièges, tout peut être commandé par son intermédiaire et, heureusement, il réduit au minimum le nombre de boutons dans le cockpit. En outre, une interface utilisateur assez agréable, des structures de menu simples et de bons temps de réaction ; c’est comme ça que je l’aime. Même si certaines traductions ont un peu échoué et que le son du système audio Alpine en option ne me convient pas encore. Je dois encore jouer avec les réglages.

Plan du site